Inscriptions tout au long de l'année
Cours pour les Débutants, les Confirmés, les Professionnels
en Collectif ou en Individuel
Des Enfants aux Retraités
cours chaque semaine, tous les 15 jours ou suivant vos possibilités
Paiement à la séance ou par forfait
cours également pendant les vacances


dimanche 18 septembre 2011

écouter: MATTHIEU SALADIN, L’expérience de l’expérimentation, JEAN-YVES BOSSEUR, L’indétermination : Cage et au-delà

L’expérience de l’expérimentation

Cycle de conférences sur les musiques expérimentales, organisé par les Instants Chavirés, en partenariat avec l’IDEAT, Institut d’Esthétique des Arts et Technologies (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, CNRS UMR 8153) et le département Musique de l’Université Paris 8. Cycle dirigé par Matthieu Saladin (chercheur associé à l’IDEAT).
samedi 22 janvier 2011 aux Instants Chavirés

ÉCOUTER || 00 – matthieu saladin – “l’experience de l’experimentation”
MATTHIEU SALADIN, « L’expérience de l’expérimentation »
 Résumé :
En guise d’introduction générale au cycle de conférences, il s’agira de questionner l’expérience esthétique singulière qui se joue dans les musiques expérimentales, à la fois du point de vue des musiciens et du public. Quels processus de création engage le musicien dans ce type de recherche ? Quelle est la place de l’auditeur et de l’écoute ? Quels sont les statuts du concert et de la performance dans ces pratiques, mais aussi de l’objet disque et plus largement de l’enregistrement, compris comme autre médium apte à proposer le partage d’une expérience musicale ? Cette introduction prendra la forme d’une réflexion esthétique sur l’expérience musicale à l’œuvre dans ces musiques et entend apporter des premiers éléments de discussion sur leurs processus de création.
Bio :
Docteur en Esthétique et chercheur associé à l’IDEAT (Paris 1/CNRS), Matthieu Saladin effectue ses recherches dans le champ des musiques expérimentales. Il est également artiste et musicien. Sa pratique s’inscrit dans une démarche conceptuelle.
Publications :
« Le bruit du “n’importe qui” », Le performantiel Noise (2010) ; « Les formulations du silence dans les écrits de John Cage », Art Présence (2010) ; « Points of resistance and criticism in free improvisation », Noise & Capitalism (2009).
- – - -
ÉCOUTER || 01 – jean-yves bosseur – “L’indétermination Cage et au-delà”
JEAN-YVES BOSSEUR : « L’indétermination : Cage et au-delà »

Résumé :
S’orienter vers le principe de l’indétermination nécessite de s’écarter de la pensée bipolaire (avec les couples ordre/désordre, fixité/ouverture) qui continue à imprégner une large part de la réflexion sur l’œuvre ouverte en Europe. C’est dans la musique américaine des années 1950, au sein de ce que l’on a appelé l’École de New York (John Cage, Earle Brown, Morton Feldman, Christian Wolff) que ce concept prend toute son importance, se démarquant fortement de la manière dont les Européens envisageaient pour leur part la transgression du caractère de fixité attaché à l’œuvre musicale traditionnelle. Pour Cage, libérer la musique consiste, non seulement à la faire sortir du ghetto de la forme fixe, mais implique surtout d’accepter le son comme organisme autonome : composer ne réside, alors, pas tant dans le fait de le domestiquer que d’ « imiter la nature dans sa façon d’opérer ». C’est Cage qui est plus particulièrement à l’origine du qualificatif d’« indétermination », impliquant que le compositeur ne cherche plus à se garantir un contrôle absolu sur ce que produit l’interprète à partir de la partition. De ce fait, le statut du compositeur change radicalement. Plus que le créateur d’une œuvre, il devient le catalyseur d’un processus capable d’engendrer de multiples formes de réalisation qui lui échappent en grande partie. Encore convient-il de se demander, un demi-siècle plus tard, quels retentissements auront connu de tels principes, pour les générations ultérieures de compositeurs préoccupés, plus largement, par la question de l’œuvre ouverte.
Bio :
Né en 1947 à Paris. Études de composition à la Rheinische Musikschule de Cologne (Allemagne) avec K. Stockhausen et H. Pousseur, Doctorat d’Etat (philosophie esthétique) à l’Université de Paris I. Directeur de Recherche au CNRS et professeur de composition au Conservatoire de Bordeaux.
Publications :
Révolutions musicales, avec Dominique Bosseur (Minerve) ; Le sonore et le visuel (Dis-Voir) ; John Cage (Minerve) ; Musique et arts plastiques : interactions au XXe siècle (Minerve) ; Morton Feldman (L’Harmattan) ; Musiques contemporaines, perspectives analytiques, avec Pierre Michel (Minerve).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire