Cours pour les Débutants, les Confirmés, les Professionnels
en Collectif ou en Individuel
Des Enfants aux Retraités
cours chaque semaine, tous les 15 jours ou suivant vos possibilités
Paiement à la séance ou par forfait
cours également pendant les vacances
Inscriptions tout au long de l'année

samedi 8 janvier 2011

écouter: Hugues Dufourt, Modernité et avant-garde + Schoenberg et les fondements gnostiques de la recherche musicale

 Hugues Dufourt, compositeur
Schoenberg et les fondements gnostiques de la recherche musicale

Je me propose de réexaminer les thèses de l'ouvrage classique de Carl Dahlhaus sur Schoenberg, où l'évolution intellectuelle de celui-ci est expliquée par un passage du pessimisme de Schopenhauer à celui de Freud, puis à la constitution d'une théologie esthétique qui le rapprocherait de sa conversion au judaïsme. Aucun de ses points ne résiste à l'examen, car Schoenberg n'est ni schopenhauerien, ni freudien, ni même véritablement proche, dans ses modèles de pensée, du judaïsme, auquel il s'est pourtant converti sur le tard. En revanche, tout indique une imprégnation précoce d'essence gnostique chez le compositeur, qui s'atteste par le choix de ses textes et références (Swedenborg, Balzac, Strindberg). En interrogeant le Traité d'harmonie de Schoenberg et en comparant l'influence gnostique dans l'art du Bas-Empire (tel que décrit par Riegl ou Wickhoff, c'est-à-dire assumant une esthétique du laid) à l'Expressionisme contemporain de Schoenberg, on tentera d'éclairer les traces gnostiques dans son l'oeuvre musicale.

le 23 janvier 2001
Modernité et avant-garde
Laurent Feneyrou, compositeur invité : Hugues Dufourt

La musique revendique-t-elle encore une logique d'avant-garde ou est-elle un fait de masse, irréductible, traversé de composantes idéologiques tues ? L'intensité et la clarté sans équivoque de certains engagements stratégiques se heurtent-elles aux révolutions figées de l'avant-garde ? Et si l'appropriation de l'art par les masses a renversé les cultes, les rites et les conventions de la classe dominante, mais si l'oeuvre d'art n'est plus politique en tant que praxis, si le nostalgique et le poétique de notre fin de siècle renoncent à l'intervention et à l'engagement, autrement dit, si le déclin ou la destruction de l'aura bourgeoise a avorté, comment maintenir et universaliser les expériences des avant-gardes ? 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire