Cours pour les Débutants, les Confirmés, les Professionnels
en Collectif ou en Individuel
Des Enfants aux Retraités
cours chaque semaine, tous les 15 jours ou suivant vos possibilités
Paiement à la séance ou par forfait
cours également pendant les vacances
Inscriptions tout au long de l'année

samedi 30 avril 2011

Ravi Shankar, Raga Mala, Ma vie en musique


Ravi Shankar
Raga Mala, Ma vie en musique
Avant-propos de George Harrison
Postface de Yehudi Menuhin
Editions Intervalles
2010

Présentation de l'éditeur
Ces mémoires exceptionnels retracent le parcours d’un homme hors du commun. Dans une langue claire et élégante nourrie des témoignages des nombreux musiciens qui ont croisé sa route, Shankar se souvient de son enfance à Bénarès, de ses tournées en Europe à l’époque où il dansait dans la troupe de son frère Uday, de son engagement auprès du maître Allaudin Khan qui lui enseigna l’art du sitar.
Viennent les années 1950 et 1960 où il commence à populariser la musique indienne en Occident et fait la rencontre décisive de George Harrison. On plonge alors dans les coulisses de ses plus mythiques performances, comme à Woodstock ou à Monterrey.
Car Shankar a toujours voulu faire partager au public occidental les principes de la musique indienne et particulièrement son lien au sacré.
On apprend comment Shankar a aussi composé de nombreuses musiques de films, en particulier pour Satyajit Ray, fondé des écoles de musique en Inde et en Californie, formé plusieurs disciples et même été élu député.
On rencontre aussi toutes les personnalités qu’il a côtoyées au cours de sa riche existence : ses filles Anoushka Shankar et Norah Jones, les Beatles, Gene Kelly, Richard Burton, Peter Sellers, Marlon Brando, etc.
Cette autobiographie comprend aussi des photos exceptionnelles tirées de ses archives personnelles.
La vie de Ravi Shankar résume à elle seule la rencontre entre Orient et Occident. Cette autobiographie est à l’image de son auteur, l’un des plus grands musiciens du XXe siècle : pleine de charme, de dignité, d’esprit et d’humour.
Traduit de l’anglais par Catherine Baldisserri.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire