lundi 26 novembre 2012

Aurélie Helmlinger, Pan Jumbie. Mémoire sociale et musicale dans les steelbands (Trinidad et Tobago)

Aurélie Helmlinger
Pan Jumbie
Mémoire sociale et musicale dans les steelbands (Trinidad et Tobago)
Collection Hommes et musiques 
Société d'ethnologie
2012
Présentation de l'éditeur
Pan Jumbie est issu d'un travail de recherche récompensé par le prix de thèse du Musée du Quai Branly.
Le pan jumbie, c'est tout autant un passionné de pan que l’esprit de cet idiophone mélodique issu de la récupération de bidons de pétrole. Emblématique des steelbands, orchestres de métallophones atteignant une centaine de musiciens à la saison du carnaval, le pan a été proclamé « instrument national » de Trinidad et Tobago, son pays d’origine. La métaphore de possession par une figure inquiétante de l’imaginaire — le jumbie — permet d’aborder la place ambiguë de ces orchestres dans la société, dans ses dimensions historique, politique et musicale. Expression d’une douloureuse mémoire sociale, celle de l’esclavage, elle conduit l’auteur à analyser l’excellente mémoire musicale observée dans ces groupes, malgré les nombreuses contraintes d’apprentissage.
Une exploration pluridisciplinaire de la cognition du musicien met ainsi en valeur différents facteurs intervenant dans le processus de mémorisation : la combinaison du paramètre auditif à une très importante dimension visuelle, facilitant l’accès aux images mentales, la conservation implicite et motrice du schéma des intervalles musicaux, la faveur du jeu collectif. Ce dernier a été analysé par un protocole expérimental inspiré de la psychologie cognitive.
Dotés d’un instrument aux puissants avantages mnésiques, portés par le groupe qui, tel un pan jumbie, transcende l’individu, les musiciens de steelband rivalisent de virtuosité à travers un répertoire bouillonnant d’énergie, en pleine conquête planétaire.
Aurélie Helmlinger est ethnomusicologue, chercheuse au CNRS. Membre du CREM (centre de recherche en ethnomusicologie) au Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative, elle est spécialiste des steelbands de Trinidad et Tobago, où elle a séjourné près de trois années au total. Portant sur la mémorisation du répertoire dans les steelbands, son travail de doctorat, réalisé à l'université Paris Ouest Nanterre La Défense sous la direction d'Aurore Monod Becquelin, a été salué par le prix de thèse du musée du quai Branly (2007). Également musicienne, elle pratique le pan depuis plus de quinze ans. En France, elle a fondé Ramajay Steelband et collabore avec Pan à Paname ; à Trinidad, elle a principalement joué avec Pamberi, mais a aussi ponctuellement renforcé les rangs de Merry Tones, Phase II, Desperadoes, TT Fire Services. Elle enseigne le pan à la Cité de la Musique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire