mardi 18 octobre 2011

Polyphonies : Paul Klee (1879-1940)

Paul Klee (1879-1940) 
Polyphonies
Actes sud
2011


présentation de l'éditeur
Avec Paul Klee : Polyphonies, le Musée de la musique présente sa première exposition monographique consacrée à l'oeuvre d’un peintre. Parmi les artistes les plus innovants de la première moitié du XXe siècle, Paul Klee se distingue par une pratique et une culture musicale exceptionnelles, tant comme violoniste de niveau professionnel, que comme auditeur passionné, enclin à partager sa vision critique du répertoire et de son interprétation. Plus encore, la musique est partie prenante de la théorie picturale progressivement élaborée par l’artiste : elle alimente sa quête continue d’étendre les possibilités expressives de la peinture. Paul Klee a trop souvent été présenté de manière monothématique et de récentes recherches ont mis en valeur sa relation à ses contemporains. Le catalogue de l’exposition éclaire le cheminement de l’artiste, aussi riche que singulier, à travers les débats esthétiques les plus significatifs de l’époque. Le dialogue de Paul Klee avec ses contemporains – les artistes de l’expressionnisme, du cubisme, du dadaïsme –, puis son engagement théorique et pédagogique au sein du Bauhaus, témoignent d’une attention aiguë portée aux enjeux de l’avant-garde. Dans l’ambition artistique de Klee, ceux-ci sont cependant perçus au sein d’une histoire plus vaste, qui embrasse l’art classique autant que la modernité. La musique, la poésie et les arts de la scène sont des références constantes, entretenant dans son œuvre une porosité fructueuse, qui cherche à assimiler plusieurs registres du langage. Entre forme pure et mélanges, culture savante et populaire, Mozart et Bach y croisent Offenbach, et plus loin Schönberg, Busoni et Hindemith. Rassemblant les textes des auteurs de ces récentes recherches, le catalogue reproduit également l’ensemble des œuvres et documents présentés dans l’exposition, notamment un corpus de textes théoriques et critiques, de correspondances inédites.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire