mardi 4 janvier 2011

écouter: La naissance de l'Ircam

écouter: La naissance de l'Ircam
La Fabrique de l'Histoire par Emmanuel Laurentin
24.12.2010

La naissance de L'Ircam.
Un documentaire de Perrine Kervran réalisé par Anne Fleury

En 1964, Pierre Boulez installé en Allemagne projette de revenir en France, il répond à une sollicitation du Ministère de la culture et fait une proposition de réforme de la direction de la musique... En 1966, André Malraux nomme Marcel Landowski à la direction de la musique, provoquant la colère de Pierre Boulez qui annonce dans la presse son exil volontaire en Allemagne et sa rupture avec la politique musicale française.

En 1969, Claude et Georges Pompidou veulent réparer cet incident diplomatique et au nom de la modernité triomphante des 30 glorieuses rappellent Pierre Boulez pour lui offrir la place qu'ils estiment être la sienne.

Pierre Boulez décline l'offre de diriger un orchestre et propose alors un centre de recherche musicale tourné vers les nouvelles et balbutiantes technologies numériques ; en position de force, il parvient à négocier des fonds importants et une quasi indépendance.

L'Ircam intégré au centre Beaubourg fait des jaloux dans le monde musical. Avec l'arrivée de Giscard d'Estaing il est même remis en cause, comme un symbole de cette modernité excessive au moment où éclate la crise pétrolière... Il devient avec le Centre Georges Pompidou un enjeu de la lutte que se livrent Jacques Chirac et Valery Giscard d'Estaing.

En 1977, l'Ircam ouvre ses portes : les recherches se mettent en route dans l'effervescence, mais les resultats se font attendre et l'informatique tarde à s'épanouir...

Ce n'est qu'en 1981 que l'Ircam fera ses preuves avec La 4 X, un ordinateur qui permet la création de "Répons", première oeuvre marquante sortie du centre de recherche de Pierre Boulez.

Cette réussite permettra de développer de façon plus durable et plus large une politique de la recherche musicale en France.

Avec Michel Decoust, Yves Galmot, Andrew Gerzso, Jean Maheu, Brigitte Marger, Claude Mollard et Jean Claude Risset.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire